Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Eclosions Asynchrones

Les Eclosions Asynchrones

Auto-édition, romans, poésie, spiritualité

poemes

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes, #sampoesie

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !

Crédit image :  Unsplash.com

Crédit image : Unsplash.com

 

Quand les bouts de nos doigts,
Après avoir couru
Pendant des millénaires
De lointains univers,

Sont près de se toucher,
Dans l'insécable espace
Aux saveurs d'infini
Qui les sépare encore,

Des souvenirs de nous,
Ambassadeurs véloces,
Petits chiens invisibles
Heureux de se revoir,

S'élancent en avance,
Se respirent, s'enflamment,
Illuminent la nuit
De leur joie qui crépite !


J'aime ces collisions,
Retrouvailles festives
Au hasard facétieux
Des dimensions froissées...

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes

Un texte sur les naufragés de la rue inspiré par une photo de Fabienne Ravassard, dont on peut retrouver le travail ici : http://www.otherwise-photos.fr

crédit photo : © Fabienne Ravassard  - http://www.otherwise-photos.fr/

crédit photo : © Fabienne Ravassard - http://www.otherwise-photos.fr/

 

Vautour d'immonde en solitaire
Sur les eaux noires du bitume,
Ma galère fait un carton.
Combien damner pour être au bout ?

Toujours le pouvoir de l'or dure,
Mais c'est un jour sang, pas de veine...
Vaisseau fantôme en bout de course,
J'affale dans les rugissants.

Je hume une mer démoniaque
A l'amertume d'ammoniaque :
Le champ d'épaves abîmées
D'autres naufragés de l'asphalte.

Ci-gît la vie d'une vigie,
Un vieux vigile délavé 
Dont l'avis n'a pas fait la hune
Quand l'exil l'a lié à la lie.

L'averse exhale mon passé.
Depuis longtemps j'ai dépassé
Ton équateur, la ligne zone,
Le trou dans la bouche d'eau jaune.

Je sais, d'égout et des douleurs
On ne discutera jamais.
Mais vois-tu l'aversion des fées,
Handicap de conne espérance ?

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes, #sampoesie

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !


De l'alchimie des caractères fusionnels

 

E... M... EM...
Aime !
Différents mais complémentaires,
Deux caractères s'attirent, s'accolent.
Dès qu'ils sont ensemble, commence leur chant.


M... O... MO...
Un mot !
Une émotion, un motif mouvant,
Un assemblage de signes,
Traces indélébiles d'une pensée volatile,
Errante, nomade,
Qui, une fois, est passée par ici.


A... M... AM...
Une âme !
Un Acte Magique Etourdissant,
Esotérique, inimaginable,
Qui fait sortir une voix lointaine,
Parfois même disparue,
D'un morceau de papier,
De quelques traits non figuratifs...


Un rituel qui fait entrer en résonance
Des arabesques imbriquées,
Statiques mais vibrantes,
Sans signification mais explicites.


Quelle science étrange est-ce là ?
Y a-t-il une matière subtile, invisible,
Sculptée par ces mouvements immobiles ?


Est-ce ainsi que naît la conscience ?
Sont-elles vivantes, ces créatures planes ?


Par quel mystère
Le pinceau du calligraphe,
Les tampons de l'imprimeur,
Polarisent-ils les échos de l'énergie primordiale,
Pour lui donner un sens, une intention, un but ?

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes, #sampoesie

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !
 

Promesses d'un roman


Vas-y, ouvre !
Laisse-toi tenter...


Ça fait un petit moment que tu me tournes autour,
qu'est-ce que tu attends ?


Je te fais peur ?
Qu'est-ce qu'il y a, je suis trop gros ?
Je présente mal ?


J'ai de la bonne came en magasin,
qu'est-ce que tu recherches ?


De la romance ?
Evidemment, c'est ce qu'elles veulent toutes.
J'en ai.
Mais attention, pas de la guimauve, hein ?
Du lourd, avec des amours impossibles, et tout !


Des mecs sublimes
(et des nanas, à toi de voir),
des quiproquos, des engueulades, des retrouvailles...
Et des happy ends à n'en plus finir. 


Je vais te faire rêver,
te faire voir du pays,
te faire grimper au rideau.


Tu veux du suspens, en plus ?
Tu aimes ça, hein ?
J'en ai.
Des frissons ?
Je peux t'en donner aussi.


Je vais t'emmener loin d'ici,
dans des coins inimaginables,
sombres à hurler, féeriques à pleurer,
avec des méchants méchants
et des énigmes introuvables. 


Je vais te déstabiliser,
te manipuler,
te faire tourner en bourrique,
te perdre à en devenir folle.


Tu me détesteras pour ça.

Tu m'adoreras pour ça.

Euh non... non,
pas d'apocalypse nucléaire ni de zombies, désolé.
Un crime ou deux peut-être, si besoin,
mais la mort, il n'y a pas que ça dans la vie...


C'est ça, rien qu'une petite histoire
alambiquée juste ce qu'il faut,
mais sacrément bien ficelée,
pour t'aérer la tête,
te faire bronzer les neurones !


Allez, ouvre-moi,
Je vais changer ta vie...

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes, #sampoesie

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !

Le cœur a ses raisins...

 

J'adore croquer le soleil
Qui se réfugie sous ta peau,
Et avaler à pleine bouche
Tes grains de beauté liquoreux.


"Rosa, rosa, rosam, rosé", 
Je saurai sur le bout des doigts
Cette déclinaison mutine
Que tu m'apprends soir à pressoir.


Enivré par ton petit fût,
Par ta courte robe bordeaux
Qui aide AOC les degrés,
J'ose sortir de ma réserve.


Le coeur a ses raisins, dit-on,
À cueillir sur tes pentes douces.
Alors mets tannins dans la mienne,
Et prenons notre pied de vigne !


Mettons de côté l'étiquette,
Sortons le livre du terroir,
Nous pourrons tracer sur cépage
Des sarments d'amour éternel...

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes, #sampoesie

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !

Un escalier sans fin


Le fil qui lie nos expériences,
L'enchaînement des existences,
Est comme un escalier sans fin
Que nous grimperions tous ensemble
Depuis des temps immémoriaux.


Prisonnier de son propre rythme,
Un pas hésitant après l'autre,
Chacun de nous fait ce qu'il peut,
Sans jamais regarder en bas.

L'escalier est irrégulier,
Il n'a pas deux marches pareilles :

Des paliers éclairés de reflets de saphir,
Et d'autres peints d'angoisse, de peurs indicibles;

Des marches de velours, faites pour s'allonger,
Des pièges de douceur qu'il faut savoir quitter;

Des marches de béton éclaboussées d'espoir;

Des marches de géant franchies à quatre pattes;

Des marches de poussières striées de sanglots;

La marche solitaire à la bouche de cendre;

La marche triomphale aux envolées de cuivres,
Aux nappes de violons pour amours légendaires;

La marche cathédrale aux vitraux embrasés, 
Noirs comme des volcans, rouges comme un baiser;

La marche aux bords coupants de la glace ennemie;

Des marches dans l'amer contre vents et marées,
Des marches dans le vague avec les poings serrés...

À chaque niveau découvert, 
Un de nos masques tombe en miettes,
Un costume de comédien
Glisse soudain de nos épaules
Et se dissout dans le brouillard.

Un problème à chaque échelon,
À chaque étage sa leçon,
Jusqu'au dépouillement total
Des illusions dont on se farde,
Jusqu'à la nudité parfaite
De l'étincelle primordiale...

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes, #SoundCloud

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !

Des ondes zen

 

Assis au bord du jardin minéral,
les yeux voguant sur des courants de sable,
je cherche à rejoindre un îlot protégé
de la cacophonie urbaine,
à m'éloigner des rives du quotidien,
de la violence, des agressions,
des peurs sans fondement,
des regrets inutiles,
du matraquage organisé pour m'abrutir.

Un inspir, un expir.
La seule issue est dans le souffle.

Un inspir, un expir.
Il faut du temps pour faire le vide,
pour que cessent enfin
les cavalcades du petit singe mental,
qui craint l'absence de public
plus que la mort.
" Je te subjugue, donc je suis ! ",
me lance-t-il en grimaçant.
Je le regarde s'agiter en souriant,
jusqu'à ce qu'il se calme,
et disparaisse. 

Un inspir, un expir.
L'instant présent est l'unique réalité.
Les royaumes de l'illusion se dissolvent. 

Un inspir, un expir.
Libéré de sa prison, 
l'esprit-papillon s'éveille,
bat doucement la cadence.
Les pulsations de ses ailes subtiles
intiment au corps un balancement,
sur le tempo du coeur.

Alors, un éclair blanc sous les paupières,
et le lotus aux mille pétales s'épanouit.
Le haut du crâne s'ouvre,
et s'y déverse l'énergie en torrent.

Je ne suis plus qu'un canal,
le lit d'un ruisseau à sec
reconnecté à sa source,
une cellule de l'univers,
liée à tout ce qui est,
et vibrant à son unisson.
De mes paumes ouvertes coule la force joyeuse de vie,
qui se répand à l'infini en vagues de lumière.

Tel est le sens,
telle est l'essence,
l'effet papillon bénéfique :
tu transformes le monde en te transformant,
tu apaises le monde en t'apaisant.

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes
Photo de Marta Boixo - Unsplash.com

Photo de Marta Boixo - Unsplash.com

 

 

Tu es l'essence, la racine,

L'élan et la finalité.

 

Tu es ma raison et ma preuve,

La condition de mes possibles

 

Tu es un murmure incarné

Le chant visible de la grâce

Le regard vrai au noble envol.

 

Tu es la liesse du printemps

Qui fend les pierres d'amertume

De ne pouvoir suivre tes pas.

 

Tu es la flamme pacifique

Au port de reine et qui, passant,

Fait courber l'échine aux centaures

Tout en amusant les enfants.

 

Tu es l'oiseau de paradis,

La caresse soufflée qui chasse les scories,

La valse improvisée qui réjouit les nuages.

 

Tu es une goutte de ciel,

La vague du miracle qui revient toujours,

La victoire embrassée riant de l'évidence.

 

Tu es ma promise éternelle,

La source intarissable des ravissements,

La jambe dénudée pour traverser le gué,

Le pinceau,

Le ruisseau,

Le désir du tracé,

Un baiser de pastel sur le bord du papier.

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes
Je reviendrai vers toi

Lorsque j'aurai porté, en changeant tous les jours,
Les masques biscornus de terres étrangères,
Pris les couleurs du temps imprégnées de poussière,
Effacé mon passé sans trace ni contour;

Quand j'aurai, par hasard, joué au dés des empires,
Commandé cent milles hommes, bâti des cités,
Où les rues éclairées par l'éclat de tes rires
Luiront sur les trottoirs pavés de mes ratés;

Quand j'aurai tamisé en quête de grains d'or
Tout un fleuve de fange, fendu l'athanor
Par des siècles de siècles de métamorphose
Pour muer ma bêtise en quelque apothéose;

Quand j'aurai englouti l'antre de mes colères,
Oublié mes visages, inversé les frontières,
Quand je serai plus riche d'avoir tout perdu
Usé, pulvérisé, dilapidé, fondu;

Quand j'aurai pu franchir les colonnes de jade
Qui bornent le pays de ta compréhension,
Puis, laissant en deçà une ultime bravade,
Retranscrit la formule d'une rédemption;

Pris un bout de soleil dans du papier d'argent,
Tendu comme une toile sur un cerf-volant,
Quand je l'aurai coupé, et parfumé de mangue,
Transformé en bonbon pour picoter ta langue;

Lorsque j'aurai acquis la science des présages,
Et pourrai lire dans le vol des martinets
Le symbole sacré protégeant tes secrets
Griffonné dans le ciel à grands coups de nuages;

Alors je reviendrai, nu comme un nouveau né,
Ayant jeté au vent, laissé sans sépulture,
Les mantilles d'oignon, pelure après pelure,
Qui t'ont tant fait pleurer et m'avaient aveuglé;

Je reviendrai vers toi pour que tu me modèles,
Que tes doigts donnent forme à mon écho fuyard
D'un fragment de mémoire, un éclat de brouillard,
En suivant à la trace une ou deux étincelles;

Je reviendrai vers toi par la houle d'un rêve
Et enjoliverai des souvenirs de nous,
Pour qu'au petit matin, le souffle d'une trêve
Fasse ton jour léger et tes espoirs plus fous...

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes
crédit photo : © Clément Blin - http://www.clementblin-blog.fr

crédit photo : © Clément Blin - http://www.clementblin-blog.fr

Vous nous avez créés d'un revers de pensée, par inadvertance,
Et avez fait de nous des cueilleurs de vertiges,
Des dompteurs d'abîmes, des dilapidateurs d'étincelles.

Nous mesurons l'inclinaison de vos pentes bancales,
Et par addition de vos angles d'attaque, en extrayons des racines positives.

Nous léchons, pour les décoller, les écailles de plâtre sur les parois de vos âmes.

 

Nos scalpels aveuglants gravent des enluminures sur vos langues de sable.


Nous aiguillonnons rarement nos attelages arbitraires :
Leur nature instable les fait aller à grand train sans qu'on s'en préoccupe.

Ils nous conduisent où bon leur semble, là où le hasard sent la pâture,
Et peu leur chaut s'il nous font traverser des essaims de doutes venimeux,
Des amers de sarcasmes ou d'impensables mouvants.


Nous capturons des zodiaques rétifs,
Les plongeons dans de bouillonnants bains de balsame
Pour les assouplir et en faire des cerceaux.

Nous nouons ensemble des limbes à la dérive
Pour vous offrir des bouquets de néant chatoyant.


Quel mot avez-vous dit ?

"Poètes" ?

Crénom ! C'était donc ça...

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>