Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Eclosions Asynchrones

Les Eclosions Asynchrones

Auto-édition, romans, poésie, spiritualité

Publié le par Les Eclosions Asynchrones

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !

Rift

 

En vidant la maison, déserte désormais,
J'ai trouvé par hasard, comme s'il m'attendait,
Mon fidèle nounours, mon copain disparu,
Mon doudou de jadis que je croyais perdu.

 

Dans les fonds enfantins s'est ouverte une faille,
Libérant soudain des souvenirs en pagaille.
Des images, des sons, une odeur oubliée,
Tout un monde a jailli dans un raz-de-marée.

 

Et je me suis noyé.

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes, #sampoesie

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !
 

Promesses d'un roman


Vas-y, ouvre !
Laisse-toi tenter...


Ça fait un petit moment que tu me tournes autour,
qu'est-ce que tu attends ?


Je te fais peur ?
Qu'est-ce qu'il y a, je suis trop gros ?
Je présente mal ?


J'ai de la bonne came en magasin,
qu'est-ce que tu recherches ?


De la romance ?
Evidemment, c'est ce qu'elles veulent toutes.
J'en ai.
Mais attention, pas de la guimauve, hein ?
Du lourd, avec des amours impossibles, et tout !


Des mecs sublimes
(et des nanas, à toi de voir),
des quiproquos, des engueulades, des retrouvailles...
Et des happy ends à n'en plus finir. 


Je vais te faire rêver,
te faire voir du pays,
te faire grimper au rideau.


Tu veux du suspens, en plus ?
Tu aimes ça, hein ?
J'en ai.
Des frissons ?
Je peux t'en donner aussi.


Je vais t'emmener loin d'ici,
dans des coins inimaginables,
sombres à hurler, féeriques à pleurer,
avec des méchants méchants
et des énigmes introuvables. 


Je vais te déstabiliser,
te manipuler,
te faire tourner en bourrique,
te perdre à en devenir folle.


Tu me détesteras pour ça.

Tu m'adoreras pour ça.

Euh non... non,
pas d'apocalypse nucléaire ni de zombies, désolé.
Un crime ou deux peut-être, si besoin,
mais la mort, il n'y a pas que ça dans la vie...


C'est ça, rien qu'une petite histoire
alambiquée juste ce qu'il faut,
mais sacrément bien ficelée,
pour t'aérer la tête,
te faire bronzer les neurones !


Allez, ouvre-moi,
Je vais changer ta vie...

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes, #sampoesie

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !

Le cœur a ses raisins...

 

J'adore croquer le soleil
Qui se réfugie sous ta peau,
Et avaler à pleine bouche
Tes grains de beauté liquoreux.


"Rosa, rosa, rosam, rosé", 
Je saurai sur le bout des doigts
Cette déclinaison mutine
Que tu m'apprends soir à pressoir.


Enivré par ton petit fût,
Par ta courte robe bordeaux
Qui aide AOC les degrés,
J'ose sortir de ma réserve.


Le coeur a ses raisins, dit-on,
À cueillir sur tes pentes douces.
Alors mets tannins dans la mienne,
Et prenons notre pied de vigne !


Mettons de côté l'étiquette,
Sortons le livre du terroir,
Nous pourrons tracer sur cépage
Des sarments d'amour éternel...

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes, #sampoesie

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !

Un escalier sans fin


Le fil qui lie nos expériences,
L'enchaînement des existences,
Est comme un escalier sans fin
Que nous grimperions tous ensemble
Depuis des temps immémoriaux.


Prisonnier de son propre rythme,
Un pas hésitant après l'autre,
Chacun de nous fait ce qu'il peut,
Sans jamais regarder en bas.

L'escalier est irrégulier,
Il n'a pas deux marches pareilles :

Des paliers éclairés de reflets de saphir,
Et d'autres peints d'angoisse, de peurs indicibles;

Des marches de velours, faites pour s'allonger,
Des pièges de douceur qu'il faut savoir quitter;

Des marches de béton éclaboussées d'espoir;

Des marches de géant franchies à quatre pattes;

Des marches de poussières striées de sanglots;

La marche solitaire à la bouche de cendre;

La marche triomphale aux envolées de cuivres,
Aux nappes de violons pour amours légendaires;

La marche cathédrale aux vitraux embrasés, 
Noirs comme des volcans, rouges comme un baiser;

La marche aux bords coupants de la glace ennemie;

Des marches dans l'amer contre vents et marées,
Des marches dans le vague avec les poings serrés...

À chaque niveau découvert, 
Un de nos masques tombe en miettes,
Un costume de comédien
Glisse soudain de nos épaules
Et se dissout dans le brouillard.

Un problème à chaque échelon,
À chaque étage sa leçon,
Jusqu'au dépouillement total
Des illusions dont on se farde,
Jusqu'à la nudité parfaite
De l'étincelle primordiale...

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes, #SoundCloud

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !

Des ondes zen

 

Assis au bord du jardin minéral,
les yeux voguant sur des courants de sable,
je cherche à rejoindre un îlot protégé
de la cacophonie urbaine,
à m'éloigner des rives du quotidien,
de la violence, des agressions,
des peurs sans fondement,
des regrets inutiles,
du matraquage organisé pour m'abrutir.

Un inspir, un expir.
La seule issue est dans le souffle.

Un inspir, un expir.
Il faut du temps pour faire le vide,
pour que cessent enfin
les cavalcades du petit singe mental,
qui craint l'absence de public
plus que la mort.
" Je te subjugue, donc je suis ! ",
me lance-t-il en grimaçant.
Je le regarde s'agiter en souriant,
jusqu'à ce qu'il se calme,
et disparaisse. 

Un inspir, un expir.
L'instant présent est l'unique réalité.
Les royaumes de l'illusion se dissolvent. 

Un inspir, un expir.
Libéré de sa prison, 
l'esprit-papillon s'éveille,
bat doucement la cadence.
Les pulsations de ses ailes subtiles
intiment au corps un balancement,
sur le tempo du coeur.

Alors, un éclair blanc sous les paupières,
et le lotus aux mille pétales s'épanouit.
Le haut du crâne s'ouvre,
et s'y déverse l'énergie en torrent.

Je ne suis plus qu'un canal,
le lit d'un ruisseau à sec
reconnecté à sa source,
une cellule de l'univers,
liée à tout ce qui est,
et vibrant à son unisson.
De mes paumes ouvertes coule la force joyeuse de vie,
qui se répand à l'infini en vagues de lumière.

Tel est le sens,
telle est l'essence,
l'effet papillon bénéfique :
tu transformes le monde en te transformant,
tu apaises le monde en t'apaisant.

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Crédit illustration : © Philippe Druillet - Salammbô - Editions Dargaud

Crédit illustration : © Philippe Druillet - Salammbô - Editions Dargaud

 

 

Des hordes de guerriers squelettiques
scrutent le ciel qui bascule.
Corps sombres et immenses, debout,
appuyés avec nonchalance
sur leurs sagaies ornées de perles écarlates,
ils ne marquent aucune impatience. 
Leurs visages peints ont pourtant le regard fixe,
seul signe de leur vigilance.

Convoqués par la conjonction inédite
d'astres habituellement ennemis,
ils sont sortis de leurs terres maudites,
par petits groupes d'abord, puis, 
se rejoignant, s'amalgamant en route,
en masses bourdonnantes de plus en plus compactes. 

Et ici donc, au bord du monde,
ne pouvant plus avancer, 
ils attendent les armes à la main, 
face à l'horizon qui chancelle.

C'est un crépuscule à faire tomber des empires.

Sur la frontière d'en face,
là-haut, une autre rive,
éclairée par la débauche ostentatoire
de conurbations hypertrophiées,
dans lesquelles une civilisation de vieillards,
stérilisée par ses propres excès,
se divertit à en mourir
dans des tours d'orgueil et de lumière.

Un fruit trop mûr.

Tant de richesse et d'impiété...
Tant de pouvoir à la médiocrité...
Tant de rêve à portée de main...
Tant de silences à venger...
Tant de futur à vendanger...

Le ciel s'incline.
Les bords des mondes se rapprochent. 

Encore un peu de pente, 
encore quelques degrés, 
et des empires tomberont. 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !

Mots jeunes, mots anciens

 

Les mots jeunes, ceux qu'on écrit,
Sont des créatures grégaires,
Qui à peine nées du stylo,
Juste lancées sur le clavier,
Lèvent le nez aux courants d'air,
Tentant de coller à leurs frères,
A leurs cousins de paragraphe,
En donnant force coups de points.

Ces frêles pousses d'un vert tendre, 
Pataudes, brouillonnes, fragiles,
Voudraient survivre en faisant sens, 
Aimeraient qu'on les trouve belles
Pour prolonger leur existence
Sans être biffées, effacées,
Copiées/collées vers la poubelle
Avant que d'avoir été lues. 

Or, l'engrais des pages jaunies 
Enrichi les champs de pixels :
C'est sur l'écorce des mots vieux
Que les mots ados font leurs griffes,
Que leur sève tonitruante
Prend l'ambre sucré des aînés;

C'est là l'abri des mots anciens,
Sous leurs canopées gigantesques
Semées par d'antiques génies,
Ces mots qu'on a lu, qu'on relit,
Ceux qui nous ont soufflé un jour :
" Tu peux faire pousser aussi ! "

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !

Thème cette semaine : la transmission, la généalogie, les racines, le temps...

Thème cette semaine : la transmission, la généalogie, les racines, le temps...

Pour mon père, parti brutalement cet été, évidemment trop tôt,

et pour mes enfants.



Paysans ou soldats, servantes, charpentiers,
Tribu des âges noirs forgée par la misère,
Au-delà de cent ans, vous n'êtes que mystère;
Et pourtant me voilà, l'un de vos héritiers...
Votre folle épopée hante mes chromosomes,
Et dans mon ADN s'agitent vos fantômes.

Je ne verrai pas tout des voies qui se dessinent.
A vous, petits bourgeons issus de mes racines,
Je confie le brandon, portez-le fièrement.
Nos mânes guideront vos pas inconsciemment,
Toujours vous forceront à percer la frontière,
Les sabots au sillon, le nez vers la lumière.

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones

Chaque samedi, la team #SamPoésie emmenée par Sandra Dulier (twitter: @SandraDulier) propose des défis à tous les auteurs francophones qui le souhaitent. Voici ma participation pour cette semaine... Plus d'infos là !

Smart Faune

 

Cœur brillant et vibrant

De vie artificielle,

Joyau noir obsidienne,

Compagnon de fortune,
 

Palpitant amalgame

D'or et de silicium,

De cuivre, de cadmium

Et de sueur asiatique

Exploitée à la chaîne,
 

Cœur de nos relations,

Vertige numérique,

Faux miroir en abîme

Des âmes bâillonnées,

 

Attablés face à face,

Les amants désormais

Ne regardent que toi...

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Publié dans : #Poèmes
Photo de Marta Boixo - Unsplash.com

Photo de Marta Boixo - Unsplash.com

 

 

Tu es l'essence, la racine,

L'élan et la finalité.

 

Tu es ma raison et ma preuve,

La condition de mes possibles

 

Tu es un murmure incarné

Le chant visible de la grâce

Le regard vrai au noble envol.

 

Tu es la liesse du printemps

Qui fend les pierres d'amertume

De ne pouvoir suivre tes pas.

 

Tu es la flamme pacifique

Au port de reine et qui, passant,

Fait courber l'échine aux centaures

Tout en amusant les enfants.

 

Tu es l'oiseau de paradis,

La caresse soufflée qui chasse les scories,

La valse improvisée qui réjouit les nuages.

 

Tu es une goutte de ciel,

La vague du miracle qui revient toujours,

La victoire embrassée riant de l'évidence.

 

Tu es ma promise éternelle,

La source intarissable des ravissements,

La jambe dénudée pour traverser le gué,

Le pinceau,

Le ruisseau,

Le désir du tracé,

Un baiser de pastel sur le bord du papier.

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>