Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Eclosions Asynchrones

Les Eclosions Asynchrones

Auto-édition, romans, poésie, spiritualité

Publié le par Les Eclosions Asynchrones
Crédit image: "Arcane XVII - l'étoile" © Juan Gimenez - 1994 (in "Arkhânes", éditions La Sirène)

Crédit image: "Arcane XVII - l'étoile" © Juan Gimenez - 1994 (in "Arkhânes", éditions La Sirène)


    Quand les explorateurs d'outre-espace découvrirent le sarcophage par hasard, enfoui à cinq cent mètres sous la glace, ils se dirent que, peut-être, il pourrait les aider à percer les secrets de la civilisation mystérieuse dont ils venaient de localiser les premières traces, et qui avait disparu il y avait bien longtemps, sans explication raisonnable.

    Ils avaient déjà révolutionné la communauté scientifique en mettant au jour les signes de formes de vie anciennes sur cette planète hostile, qui avait semblé inhabitable depuis toujours, et le public suivait les avancées de la mission avec une gourmandise toute médiatique.

    Hélas, l'unique inscription que contenait le mausolée en ruine, gravée sur une plaque de métal inaltérable, restait indéchiffrable, car le traducteur automatique, doté d'une intelligence artificielle de dernière génération, ne trouvait pas d'équivalence conceptuelle dans leur langue pourtant supérieurement évoluée.

    En effet, outre ce qui semblait être le nom du défunt, il y était écrit "Poète". Était-ce un métier, ou bien un titre honorifique, un grade de l'armée bigarrée de cette peuplade oubliée ( les armées des peuples exotiques sont généralement bigarrées ) ?

    La traduction la plus proche que la machine calcula était "Grand Timonier sur l'Océan de Vie". Elle hésitait avec "Cartographe du Précieux Invisible", sa seconde interprétation possible.

    Les explorateurs en conclurent qu'ils étaient tombés par un coup de chance extraordinaire sur les restes d'un Pape-Empereur archaïque dont les pouvoirs semblaient immenses, et dont les innombrables légions avaient certainement mis en coupe réglée la planète jusqu'à épuisement total de ses ressources. Le grand homme devait être mort en même temps que sa terre de conquête, plusieurs millions d'années auparavant...

    Des larmes montèrent dans quelques yeux du chef des explorateurs, un pieux maréchal qui avait patiemment grimpé tous les échelons du Parti Unique en répandant sa Sainte Parole à travers l'univers.


    "Ces gens-là savaient vivre et mourir avec panache, dit-il alors que ses tentacules d'un beau vert fluorescent étaient agités par des trémolos d'émotion. Voilà la preuve archéologique irréfutable qui valide une fois pour toute le bien fondé de notre guerre sainte, en lui donnant des origines immémoriales !
    Nous méprisons trop souvent les philosophies antiques ou étrangères. Désormais, appelez-moi "Poète", car il me vient comme un féroce appétit de planètes nouvelles à croquer !"

 

 

Commenter cet article